21 Avr

Série d’articles « L’orientation au temps du Coronavirus » | L’impact du Coronavirus sur l’univers de la formation

Un membre de notre équipe de conseillers d’orientation, Martin Peck, a rédigé
une série de six articles intitulée L’orientation au temps du Coronavirus.
Nous vous présentons le quatrième article.

La formation générale au primaire, secondaire et collégiale amènera sûrement le développement d’outils pédagogiques informatisés à s’accélérer. Il reste que l’apprentissage se fera majoritairement en classe. Le développement des habiletés sociales est étroitement lié aux apprentissages pédagogiques. L’école est un milieu de vie qui permet non seulement le développement cognitif et l’acquisition de notions préalables à des enseignements avancés, mais aussi l’apprentissage de comportements sociaux.

Pour les adultes en formation, la situation a changé. En 2019, les bancs d’école des formations menant vers un métier étaient de plus en plus vides. Alors que certaines formations étaient en péril faute d’étudiant, d’autres étaient carrément annulées. Les effets du plein emploi faisaient en sorte que les personnes en situation d’emploi ne sentaient pas le besoin d’investir du temps et de l’argent à acquérir une formation. L’effet de la courbe générationnelle ajoutait à cette situation, un nombre de plus en plus grand de personnes prenant leur retraite versus moins de personnes disponibles pour être actif sur le marché du travail.

Les formations professionnelles (niveau secondaire) et techniques (niveau collégial) de même que les formations universitaires, n’ont cessé de s’améliorer en vue de préparer les étudiants aux réalités du marché du travail. Vous pouvez explorer sur ce lien l’ensemble des formations disponibles au Québec par le ministère de l’Éducation : http://imt.emploiquebec.gouv.qc.ca/mtg/inter/noncache/contenu/asp/mtg221_rechrform_01.asp?lang=FRAN&Porte=2. Bien que nous ayons pu développer des programmes d’études compétitifs qui préparent adéquatement les étudiants aux besoins exprimés par les entreprises. Les contenus des programmes de formation sont toujours à être améliorés afin d’être compétitif et visionnaire. Les formations proposées ont su s’adapter aux besoins et correspondent, pour la grande majorité, à des besoins présents du monde du travail. Il est donc possible de bien se préparer aux métiers d’avenir https://www.quebecmetiersdavenir.com/ par l’offre de formation présentée. Est-ce que la situation engendrée par le Coronavirus va affecter les prévisions pour les métiers d’avenir? Une chose qui est certaine, c’est qu’il sera plus important que jamais d’obtenir un diplôme menant vers un métier! L’offre de formation à distance va sûrement se développer. Les formules d’apprentissage en milieu de travail seront favorisées et la formation continue en entreprise sera intégrée à notre réalité. Les métiers d’avenir présentés seront tous en demande au cours des prochaines années. La complexification des tâches, les exigences de rentabilité, la présence de nouvelles technologies et de l‘informatisation vont s’accentuer. Il sera de plus en plus important d’avoir les compétences nécessaires pour faire sa place.

Le gouvernement va-t-il favoriser les retours aux études? Oui, les personnes sans emploi seront sûrement encouragées à obtenir une formation professionnelle ou technique. Nous devrons être à l’affût des opportunités de financement!

N’oubliez pas que l’important c’est aussi de faire ce que l’on aime!

Explorez vos possibilités avec votre conseiller d’orientation!

Note : Le plein emploi correspond à un taux de chômage avoisinant les 5 %. Le taux de chômage au Québec était de 4,5 % en février. En mars, il est passé à 8,1 %.

 

Martin Peck
Conseiller d’orientation

Pour nous joindre :
819 373-1726, poste 253
info@strategiecarriere.com