26 Mai

Les défis intergénérationnels en milieu de travail

Dans le cadre de la Semaine québécoise intergénérationnelle 2020, nous vous présentons un article intitulé Les défis intergénérationnels en milieu de travail.
Il a été rédigé par Nicole Guay, conseillère en emploi.

 

Pour la première fois dans l’histoire, plusieurs pays ont maintenant quatre générations et plus qui travaillent dans un même milieu de travail. Chaque génération présente ses propres valeurs, sa façon de travailler, de communiquer et d’interagir avec l’autorité. Des caractéristiques générales touchent chaque génération.

Les baby-boomers : (1946 à 1965) Génération qui accorde une valeur importante au travail tout en respectant l’autorité et en voulant être considérés comme des égaux. Ils favorisent la stabilité, la loyauté et l’engagement.

La génération X : (1966 à 1971) Ces personnes semblent plus autonomes, individualistes et dont l’équilibre travail-vie personnelle est important. Elles peuvent quitter un emploi qui ne concorde pas à leurs aspirations.

La génération Y : (1972 à 1992) Génération plus instruite et habile au niveau des technologies. Elle choisit des employeurs pouvant les aider à progresser professionnellement. Elle favorise la flexibilité des horaires.

La génération Z : (1993 et 2011) Cette génération est mobile, préfère le télétravail, le travail en réseau et la conciliation travail/famille. Elle a tendance à chercher un sens significatif et un impact positif au travail. Elle valorise plus les compétences que l’expérience et l’ancienneté. La qualité de vie et le bien-être au travail apparaissent plus importants que le salaire.

Le principal défi est de cibler les forces et compétences particulières des différences générationnelles pour en faire bénéficier à tous efficacement. La richesse d’une équipe intergénérationnelle profite à la fois des connaissances technologiques et des idées nouvelles de la génération Y et Z et de la vaste expérience et des compétences des baby-boomers. Dans une équipe, les baby-boomers planifient leur retraite, les X et Y aspirent à plus de responsabilités et les Z désirent des horaires flexibles, moins de hiérarchie et un climat de travail de qualité. Trouver un équilibre entre les aspirations de chacun s’avère aussi être un défi possible à relever par des échanges constructifs. Il est aussi intéressant d’identifier également les points qu’ont en commun les générations afin de faciliter la mobilisation de l’équipe.

Les façons de travailler peuvent être différentes d’où l’importance que chacun participe à fixer les objectifs de l’équipe en considérant les besoins et les attentes des générations. En dégageant les points forts de chaque génération, il s’avère bénéfique de jumeler un jeune collègue avec un plus expérimenté où chacun apprendra et se sentira valorisé. Développer le mentorat dans les deux sens apparaît très judicieux et profitable.

Les différences générationnelles forcent autant les employeurs que les employés à être à l’écoute et à faire preuve de flexibilité et d’adaptation. Notamment, l’adaptation aux nouvelles technologies pour les travailleurs expérimentés et la rétention des plus jeunes qui aiment le changement, représentent aussi des défis pour les organisations. C’est pourquoi, il s’avère judicieux de considérer leurs attentes respectives.

Force est de constater que les défis intergénérationnels ne manquent pas et seront présents pour les générations à venir. La réussite passe par l’inclusion de tous les travailleurs de toutes générations confondues avec des objectifs clairs qui tentent à trouver un équilibre entre les différents besoins et attentes générationnels. Il va sans dire que la communication interne, les échanges, le jumelage intergénérationnel et la gestion participative sont des éléments gagnants pour relever ces défis et rallier les équipes vers un but commun.

 

Nicole Guay
Conseillère en emploi
819 373-1726, poste 304